11 choses que vous ne saviez pas sur les moustiques
11 choses que vous ne saviez pas sur les moustiques
20 décembre 2018

Vous pensiez ĂȘtre incollable sur les moustiques ? Testez vos connaissances avec ces 11 faits surprenants sur les moustiques :

1. Seules les femelles moustiques sont Ă  l’origine des piqĂ»res.

Cela s’explique par le fait qu’elles ont besoin d’énergie pour pondre leurs Ɠufs. Elles vont donc chercher cette Ă©nergie dans les protĂ©ines du sang. Les moustiques mĂąles quant Ă  eux se nourrissent principalement de nectar de fleurs ou de plantes.

2. Les moustiques peuvent piquer au travers des vĂȘtements.

A ce titre, une vidĂ©o de l’universitĂ© de Melbourne montre que les moustiques ne s’arrĂȘtent pas Ă  la frontiĂšre du tissu et tentent d’atteindre la peau humaine Ă  tout prix.

3. Les moustiques sont les animaux les plus meurtrier de la planĂšte.

Chaque annĂ©e, les moustiques tuent plus d’hommes que les requins (en 2014, 10 morts Ă©taient dues aux requins tandis que plus de 700.000 morts Ă©taient dues aux moustiques !)

4. Les moustiques piquent Ă©galement les animaux.

Il est rassurant de savoir que nous ne sommes pas la seule espÚce victime de ces désagréments !

5. Les moustiques ne sont pas attirés par la lumiÚre



Mais par les odeurs ! Ils sont Ă©galement attirĂ©s par le COÂČ dĂ©gagĂ©. Ces Ă©lĂ©ments expliquent pourquoi certaines personnes sont plus souvent piquĂ©es que d’autres : nous ne sommes pas Ă©gaux face aux moustiques.

6. Il existe plus de 3000 espĂšces de moustiques

Il en existe mĂȘme 3546 pour ĂȘtre plus prĂ©cis, rĂ©parties en 111 genres. Les espĂšces les plus connues sont celles de la famille des Aedes (dont fait partie le cĂ©lĂšbre Aedes Albopictus, aussi connu sous le nom de moustique tigre), des AnophĂšles ou encore des Culex.

7. Les moustiques peuvent « boire » du sang jusqu’à 2 voire 3 fois leur poids.

8. Ils ne vivent pas plus de quelques mois, parfois mĂȘme seulement quelques semaines selon les espĂšces.

9. Les moustiques ont plus tendance à piquer quelqu’un qui portera du noir que du blanc

Cela s’explique par le simple fait que les couleurs sombres ont tendance Ă  plus absorber la chaleur, or les moustiques sont particuliĂšrement sensibles aux changements de tempĂ©ratures et au COÂČ dĂ©gagĂ©.

10. Les démangeaisons des piqûres sont dues à la bave des moustiques.

Votre corps réagit à la présence de cette salive qui fait enfler les vaisseaux sanguins autour de la piqûre ce qui irrite les nerfs et provoque les démangeaisons.

11. Certains moustiques préfÚrent le groupe sanguin O.

Une Ă©quipe de scientifiques japonais a dĂ©montrĂ© que le moustique tigre Ă©tait plus attirĂ© par le groupe O que par les autres groupes. Une personne du groupe O a 83% de chances de plus de se faire piquer qu’une personne de groupe sanguin A ou B.

 

Si aucun de ces Ă©lĂ©ments ne vous Ă©tait inconnu, fĂ©licitations vous ĂȘtes un vĂ©ritable pro du moustique !


lire la suite...
plantes repoussent moustiques
Des plantes pour repousser les moustiques
5 décembre 2018

Les moustiques continuent d’envahir vos maisons jusqu’au dĂ©but de l’hiver ? Si vous cherchez une mĂ©thode pour vous dĂ©barrasser de ces nuisibles en plus de vos produits habituels, ne cherchez plus, voici la solution : les plantes ! Etonnant mais vrai, certaines plantes ont en effet la capacitĂ© de repousser les moustiques.

 

Voici donc vos alliées pour repousser les moustiques

1. La citronnelle

L’incontournable en matiĂšre de plante anti-moustiques, elle est mĂȘme utilisĂ©e en huile essentielle dans certains produits anti-moustiques. Cependant il faut nuancer son pouvoir, elle n’agit que provisoirement. C’est pour cette raison d’ailleurs que l’Union EuropĂ©enne a interdit son utilisation comme insecticide.

2. Le PyrĂšthre de Dalmatie

Cette fleur contient un insecticide naturel : la pyréthrine. Cette substance attaque le systÚme nerveux des insectes. Le saviez-vous ? En Perse, en -400 AVJC, la pyréthrine était déjà utilisée comme préparation insecticide !

3. La Menthe poivrée

Les moustiques n’apprĂ©cient pas son odeur, et en bonus elle est parfaite en infusion.

4. L’herbe à chat

Egalement appelĂ©e « cataire », cette plante de la mĂȘme famille que la menthe contient de la nĂ©pĂ©talactone, un composĂ© organique qui a pour effet de repousser les moustiques. Cette plante agit Ă©galement comme appĂąt pour chat.

5. Le basilic

TrĂšs facile Ă  entretenir et Ă  faire pousser, le basilic est un alliĂ© de choix qui permet en plus d’aromatiser vos plats !

6. La lavande

Plusieurs insectes volants, comme les guĂȘpes, les abeilles ou encore les moustiques ont l’odorat troublĂ© par la lavande. En huile essentielle, elle a Ă©galement des vertus apaisantes et relaxantes.

7. Le Romarin

En plus de faire fuir plusieurs espĂšces d’insectes, le romarin est Ă©galement un excellent remĂšde en cas de toux bronchiques, idĂ©al pour l’hiver.

Cette solution naturelle allie l’utile Ă  l’agrĂ©able, mais il ne faut cependant oublier que mĂȘme si certaines plantes peuvent avoir des effets sur les moustiques, aucune Ă©tude scientifique n’a prouvĂ© leur efficacitĂ© Ă  100% lorsqu’il s’agit de repousser ces derniers et Ă©viter les piqĂ»res.


lire la suite...
La Dengue
31 juillet 2018

La Dengue, Ă©galement connue sous le nom de « grippe tropicale » est un arbovirus transmis Ă  l’homme par le biais d’un moustique de type Aedes, principalement Aedes Albopictus et Aedes Aegypti.

Ce virus se divise en 4 souches : DEN1, DEN2, DEN3 et DEN4. Cette division rend le virus de la Dengue d’autant plus difficile Ă  endiguer car l’infection par une des 4 souches immunise l’individu contaminĂ© contre cette derniĂšre, mais pas contre les 3 restantes. Une seule personne peut ainsi ĂȘtre victime plusieurs fois de la Dengue, au moins une fois par souche.

Ce virus se transmet que par le biais des moustiques femelles du type « Aedes », comme Aedes albopictus (plus connu sous le nom de moustique tigre), ou encore  Aedes Aegypti.  Contrairement aux idĂ©es reçues, l’infection ne se fait pas par le biais du sang directement, mais par injection de salive par la femelle moustique lors de la piqĂ»re.

L’infection se fait en plusieurs Ă©tapes :

-Le moustique sain pique un hÎte infecté par le virus de la Dengue

-Le moustique devient ainsi infecté et ce pour le reste de sa vie

-Ce moustique, en piquant une personne saine, pourra ainsi lui transmettre le virus

-La personne contaminĂ©e par un moustique peut elle-mĂȘme potentiellement contaminer d’autres moustiques en se faisant piquer Ă  nouveau

-Les symptÎmes se déclenchent en général 4 à 7 jours aprÚs la piqûre.

Quels sont les symptÎmes ?

Les symptĂŽmes du virus de la Dengue sont en gĂ©nĂ©ral perçus comme des symptĂŽmes similaires Ă  ceux de la grippe : maux de tĂȘte, fiĂšvre, douleurs musculaires, vomissements, nausĂ©es, fatigue. AprĂšs quelques jours, une Ă©ruption cutanĂ©e peut apparaĂźtre sur le corps.

Le plus souvent, la guĂ©rison se fait spontanĂ©ment, mais il arrive que, dans 1% des cas la Dengue soit contractĂ©e sous sa forme sĂ©vĂšre dont les symptĂŽmes sont plus virulents, et qui nĂ©cessite une prise en charge immĂ©diate par des professionnels de santĂ©. Les symptĂŽmes de la Dengue hĂ©morragique sont les suivants : dĂ©tresse respiratoire, hĂ©morragies, atteinte des organes (foie, systĂšme nerveux, cƓur
), Ă©panchements liquidiens


 

La Dengue en quelques chiffres :

-Selon l’INSERM, aujourd’hui 55% de la population mondiale est exposĂ©e au virus de la Dengue.

-La Dengue est responsable de 25 000 décÚs par an.

-500 000 personnes exposées à la Dengue sévÚre chaque année

-ÉpidĂ©mie de Dengue Ă  la rĂ©union : selon le CDC, depuis le dĂ©but de l’annĂ©e 2018, la RĂ©union a connu une augmentation des cas de Dengue. Entre le 2 et le 8 juillet 2018, 119 cas de Dengue ont Ă©tĂ© recensĂ©s.

-Entre le 1er mai et le 20 juillet 2018, 70 cas de Dengue importĂ©s ont Ă©tĂ© recensĂ©s sur le sol français : 24 en Provence-Alpes-CĂŽte-D’azur, 13 en Occitanie, 11 en Ăźle de France, 11 en Auvergne RhĂŽne-Alpes, 5 en Nouvelle Aquitaine et 3 dans le Grand Est.

Comment se protéger contre la Dengue

Il n’existe Ă  ce jour pas de traitement spĂ©cifique permettant de guĂ©rir le virus de la Dengue. De plus, il est fortement dĂ©conseillĂ© d’avoir recours Ă  l’aspirine et les anti-inflammatoires pour traiter les symptĂŽmes, en raison d’un Ă©ventuel risque hĂ©morragique.

Des phases de test prometteuses ont Ă©tĂ© menĂ©es rĂ©cemment en Australie grĂące Ă  une bactĂ©rie du nom de Wolbachia. Cette bactĂ©rie, une fois injectĂ©e aux moustiques de type Aedes Aegypti (un des vecteurs de la Dengue) atteint leur appareil reproductif tout en les rendant plus rĂ©sistants aux virus comme la Dengue, ou le Chikungunya, ce qui limite les risques de transmission Ă  l’homme. MalgrĂ© des rĂ©sultats prometteurs (une diminution de 80% des populations de moustiques ciblĂ©es), aucune expĂ©rience Ă  grande Ă©chelle n’a Ă©tĂ© tentĂ©e pour le moment.

En l’absence de traitement, la prĂ©vention et la protection individuelle sont, comme pour le Chikungunya, les moyens les plus efficaces de prĂ©venir la transmission de ce virus.

–PrĂ©vention : avant de partir en voyage, il convient de se renseigner sur les pays touchĂ©s. PrivilĂ©giez les vĂȘtements amples, de couleur claire. Chez vous, pensez Ă  vider et nettoyer les sources d’eaux stagnantes, mĂȘme les plus infimes. Enfin, pensez Ă  vider les ordures dans des sacs fermĂ©s pour Ă©viter les odeurs qui pourraient attirer les moustiques vecteurs du virus.

–Protection : privilĂ©giez les anti-moustiques efficaces, et pour les plus vulnĂ©rables (enfants, femmes enceintes, personnes ĂągĂ©es
) utilisez dans la mesure du possible une moustiquaire pour la nuit. Enfin, n’hĂ©sitez pas Ă  demander conseil Ă  un professionnel de santĂ©, particuliĂšrement en cas d’apparition des symptĂŽmes de la Dengue.

 

Pour plus d’informations, nous vous recommandons le site internet de notre partenaire officiel www.vigilance-moustiques.com

 


lire la suite...
Premier cas du virus Usutu déclaré en France
22 juin 2018

En 2016, un patient ĂągĂ© de 39 ans est arrivĂ© aux urgences avec un symptĂŽme peu commun : une paralysie faciale, symptĂŽme qui n’a d’ailleurs pas durĂ© longtemps puisque le patient s’est rĂ©tabli aprĂšs quelques semaines seulement.

 

Il aura fallu un an et demi aux mĂ©decins et chercheurs pour Ă©tablir un diagnostic : le patient avait Ă©tĂ© infectĂ© par le virus Usutu, Ă©galement appelĂ© USUV. Il s’agit d’un virus originaire d’Afrique du Sud, plus prĂ©cisĂ©ment du Swaziland, dĂ©couvert en 1959. Ce virus est de la mĂȘme famille que le virus Zika ou celui de la fiĂšvre du Nil occidental. Depuis, ce virus fait profil bas. La raison ? Ce virus est probablement asymptomatique, et la paralysie faciale du patient infectĂ© en 2016 pourrait-ĂȘtre une rare complication neurologique.

A ce jour, en Europe, seuls 26 personnes auraient Ă©tĂ© infectĂ©es par le virus Usutu. Cependant, Selon Yannick Simonin, enseignant chercheur spĂ©cialiste du virus Usutu, ce chiffre pourrait ĂȘtre sous-estimĂ©.

Comment se transmet le virus Usutu ?

C’est par le biais du moustique le plus commun d’Europe, le Culex, que le virus Usutu se transmet.

Le moustique doit tout d’abord avoir Ă©tĂ© en contact avec un oiseau porteur du virus par le biais d’une piqĂ»re, ce qui contaminera l’insecte, avant que ce dernier ne pique potentiellement un humain qui deviendra lui aussi porteur du virus.

Selon une Ă©tude (publiĂ©e dans la revue Emerging infectious diseases) du Center for Disease Control and Prevention (CDC), le virus Usutu se trouvait fortement prĂ©sent dans la rĂ©gion de la Camargue (7% de la population des moustiques de l’espĂšce Culex Pipiens de cette rĂ©gion est porteuse du virus). Cela s’explique par le fait que cette rĂ©gion est particuliĂšrement marĂ©cageuse et abrite de nombreuses espĂšces d’oiseaux migrateurs. C’est de cette rĂ©gion qu’est issu le patient qui a Ă©tĂ© contaminĂ© en 2016 par le virus.

Quel traitement contre le virus Usutu ?

Il n’existe Ă  ce jour pas de traitement contre ce virus en raison de la mĂ©connaissance  gĂ©nĂ©rale des symptĂŽmes. L’Institut National de la SantĂ© et de la Recherche MĂ©dicale (INSERM) prĂ©cise que « des investigations supplĂ©mentaires demeurent nĂ©cessaire afin de mieux apprĂ©hender le tableau clinique associĂ© Ă  ce virus Ă©mergent. » et que « l’unitĂ© Ă©tudie Ă©galement les mĂ©canismes de transmission de ce virus afin de mieux apprĂ©hender les risques associĂ©s. »

 

Sources: INSERM, CDC


lire la suite...
Le chikungunya
11 avril 2018

Qu’est-ce que le Chikungunya ?

L’étymologie du mot Chikungunya est issue de la culture Swahilie, et signifie « celui qui marche courbĂ© en avant ». Il s’agit d’une maladie virale provoquant des symptĂŽmes similaires Ă  ceux provoquĂ©s par le virus de la Dengue : fortes douleurs articulaires, nausĂ©es, maux de tĂȘte, fortes fiĂšvres, fatigue ou encore Ă©ruptions cutanĂ©es.

Ce virus se transmet que par le biais des moustiques femelles du type « Aedes », comme Aedes albopictus, plus connu sous le nom de « moustique tigre ».  Contrairement aux idĂ©es reçues, l’infection ne se fait pas par le biais du sang directement, mais par injection de salive par la femelle moustique lors de la piqĂ»re.

La transmission du virus s’effectue en plusieurs Ă©tapes :

-Le moustique sain pique un hÎte infecté

-Le moustique devient ainsi infecté et ce pour le reste de sa vie (environ 1 mois)

-Ce moustique infecté peut ainsi piquer un hÎte en lui injectant sa salive contaminée

-La personne contaminĂ©e par un moustique peut elle-mĂȘme potentiellement contaminer d’autres moustiques en se faisant piquer Ă  nouveau

-Les symptÎmes se déclenchent en général 4 à 7 jours aprÚs la piqûre.

 

Présence du virus dans le monde

Les premiers cas identifiĂ©s de personnes infectĂ©es par le virus du Chikungunya dans les annĂ©es 1950 se trouvaient sur le continent Africain. Depuis les moustiques vecteurs du virus ont fait preuve d’une grande adaptabilitĂ© et n’ont cessĂ© d’étendre leur territoire. Ainsi, depuis les annĂ©es 1950, de nouveaux foyers ont Ă©tĂ© identifiĂ©s en Asie, en AmĂ©rique du Nord et du Sud. Certains cas ponctuels ont Ă©tĂ© rĂ©cemment identifiĂ©s en Europe, dont certains en France.

Comment se protéger contre le Chikungunya

Il n’existe Ă  ce jour pas de traitement spĂ©cifique permettant de guĂ©rir le Chikungunya. Face Ă  cette absence de traitement, la prĂ©vention et la protection individuelle sont les moyens les plus efficaces de prĂ©venir la transmission de ce virus.

PrĂ©vention : avant de partir en voyage, il convient de se renseigner sur les pays touchĂ©s. PrivilĂ©giez les vĂȘtements amples, de couleur claire. Chez vous, pensez Ă  vider et nettoyer les sources d’eaux stagnantes, mĂȘme les plus infimes. Enfin, pensez Ă  vider les ordures dans des sacs fermĂ©s pour Ă©viter les odeurs qui pourraient attirer les moustiques tigre.

Protection : privilĂ©giez les anti-moustiques efficaces, et pour les plus vulnĂ©rables (enfants, femmes enceintes, personnes ĂągĂ©es
) utilisez dans la mesure du possible une moustiquaire pour la nuit. Enfin, n’hĂ©sitez pas Ă  demander conseil Ă  un professionnel de santĂ©, particuliĂšrement en cas d’apparition des symptĂŽmes du Chikungunya.

 

Pour plus d’informations, nous vous recommandons le site internet de notre partenaire officiel www.vigilance-moustiques.com

 

 


lire la suite...
La réunion
9 avril 2018

La rĂ©union, connue sous le nom d’üle intense est une Ăźle volcanique situĂ©e Ă  l’Ouest de l’OcĂ©an Indien. RĂ©putĂ©e pour ses paysages Ă©poustouflants, sa biodiversitĂ© marine et ses habitants accueillants, la RĂ©union est une destination de rĂ©fĂ©rence pour tout voyageur digne de ce nom.

Seulement, depuis quelques annĂ©es, la RĂ©union est touchĂ©e par un dĂ©but d’épidĂ©mie de Dengue, liĂ©e Ă  la forte prĂ©sence du moustique tigre sur le territoire RĂ©unionnais. Cette tendance s’est confirmĂ©e particuliĂšrement cette annĂ©e, car l’Agence RĂ©gionale de SantĂ© (ARS) de l’OcĂ©an Indien vient d’annoncer en mars 2018 une phase d’alerte Ă©pidĂ©mique.

Les autoritĂ©s sanitaires locales espĂ©raient que l’hiver austral stoppe la propagation de la Dengue, ce qui n’a malheureusement pas Ă©tĂ© le cas. Ainsi, depuis le 1er janvier 2018, 324 cas de Dengue ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© recensĂ©s.

Malheureusement, il n’existe pas Ă  ce jour de traitement contre le virus de la Dengue, et les rĂ©centes tentatives de mise en place d’un vaccin contre ce virus se sont soldĂ©es par un Ă©chec. Face Ă  cette Ă©pidĂ©mie de Dengue, la prĂ©vention reste le moyen le plus efficace de prĂ©venir la transmission du virus.

Au titre de cette prĂ©vention, l’Organisation Mondiale de la SantĂ© a, depuis quelques annĂ©es, mis en place diverses recommandations de stratĂ©gies de lutte anti-vectorielle:

  • Porter des vĂȘtements qui rĂ©duisent l’exposition de la peau pendant les heures diurnes oĂč les moustiques sont les plus actifs, pour protĂ©ger contre les piqĂ»res des moustiques vecteurs de la Dengue.
  • Des rĂ©pulsifs peuvent ĂȘtre appliquĂ©s sur les parties de la peau dĂ©couvertes ou sur les vĂȘtements.
  • Les moustiquaires imprĂ©gnĂ©es d’insecticide offrent une bonne protection pour les personnes qui dorment pendant la journĂ©e (par exemple les jeunes enfants, les personnes alitĂ©es ou celles qui travaillent en Ă©quipe de nuit).
  • Lorsque les moustiques piquent Ă  l’intĂ©rieur des habitations, l’utilisation de produits insecticides en aĂ©rosol, de spirales anti-moustiques ou d’autres dispositifs de vaporisation d’insecticides peut Ă©galement rĂ©duire leur activitĂ©.
  • Divers Ă©quipements domestiques, tels que les moustiquaires installĂ©es sur les portes et fenĂȘtres ou les systĂšmes de conditionnement de l’air, peuvent permettre aussi de rĂ©duire les piqĂ»res.

Contre le moustique tigre, seuls certains principes actifs sont efficaces. Nous vous conseillons donc de choisir les anti-moustiques appropriés garantissant une protection optimale.

 

 

 


lire la suite...
La vie du moustique
3 avril 2018

Les culicidae, plus communĂ©ment connus sous le nom de moustiques sont des insectes passant par 4 stades de dĂ©veloppement : Ɠuf, larve, nymphe et adulte.

Les premiĂšres Ă©tapes de la vie du moustique se dĂ©roulent en milieu aquatique : la femelle moustique pond environ 200 Ɠufs en une fois, et n’a besoin pour cela que de quelques centimĂštres d’eau. Ces Ɠufs vont alors rester en surface le temps que l’embryon de moustique se dĂ©veloppe pour devenir une nymphe. Ce n’est qu’au stade adulte que le moustique quitte le milieu aquatique pour entamer sa vie d’insecte volant.

Conseils : Il convient alors pour Ă©viter la prolifĂ©ration de moustiques de couvrir au maximum les potentiels rĂ©cipients d’eaux stagnantes en extĂ©rieur, ou de les vider rĂ©guliĂšrement.

Les moustiques en hiver

Contrairement Ă  ce que l’on pourrait croire, les moustiques ne disparaissent pas totalement Ă  l’arrivĂ©e du froid : ils hibernent. Ces petits insectes se trouvent un refuge dans un lieu abritĂ©, les femelles arrĂȘtent de pondre, ce qui explique la diminution du nombre de moustiques durant la pĂ©riode hivernale. Les Ɠufs de moustiques, qui eux ont besoin de chaleur pour se dĂ©velopper, sont protĂ©gĂ©s par une enveloppe impermĂ©able qui leur permet de rĂ©sister aux tempĂ©ratures les plus fraĂźches. Ils Ă©closent lorsque le thermomĂštre remonte.

En général, un moustique commun ne vivra que quelques jours, voire quelques semaines.

Principales idées reçues

  • Contrairement aux croyances populaires, tous les moustiques ne piquent pas. Seul le moustique femelle est Ă  l’origine des piqĂ»res sur notre peau ! Ces mĂȘmes moustiques ne se nourrissent d’ailleurs pas uniquement de sang humain : ils piquent Ă©galement les animaux, mais s’alimentent Ă©galement de nectar de fleurs.

 

  • La citronnelle ne suffit pas Ă  Ă©loigner les moustiques, et aucune Ă©tude scientifique n’a rĂ©ellement prouvĂ© l’efficacitĂ© de cette plante. Seuls certains principes actifs reconnus agissant comme rĂ©pulsifs anti-moustiques (comme l’IR3535, l’Icaridine ou encore le Citriodiol) sont rĂ©ellement efficaces.

 

  • Autre idĂ©e reçue : la lumiĂšre. Beaucoup sont les personnes qui pensent que la lumiĂšre attire les moustiques. Pas du tout ! C’est le COÂČ dĂ©gagĂ© par la lumiĂšre qui les attire.

 

 

 


lire la suite...
NOS REVENDEURS EN LIGNE